Sous les étoiles Index du Forum
FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privésConnexion   S’enregistrer
Auteur Message
<  Que faites vous de vos dix doigts?
Llam87
MessagePosté le: Dim 21 Sep 2008 - 22:33  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 60
Localisation: Bordeaux

Bien le Bonjour à vous !!! Very Happy
Ici, je vous invite à nous faire découvrir vos talents, dons ou tout simplement ce que vous aimez accomplir, créer, faire, composer... C'est par ses oeuvres que l'on peut comprendre quelqu'un. Parfois, des émotions, des évènements nous inspirent et nous poussent à créer... Que vous inspire votre vie sur cette Terre? Montrez nous votre monde interieur... nw:: ll:

Et pour montrer l'exemple je vais commencer...


















_________________
Smile


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
Publicité
MessagePosté le: Dim 21 Sep 2008 - 22:33  Publicité -->






PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin koupi
MessagePosté le: Mar 23 Sep 2008 - 11:17  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne
Administrateur


Inscrit le: 26 Aoû 2008
Messages: 74
Localisation: ici et maintenant

     Bonjour,alors quelques 'trucs' que je fais:


















Voilà à vous!


Revenir en haut
Llam87
MessagePosté le: Mar 23 Sep 2008 - 20:33  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 60
Localisation: Bordeaux

Cooool !!! Smile
Perso j'aime beaucoup les deux photos avec les chariots...! Okay

Je rajoute un p'tit "poème":

Ce matin un ange m'a souri
Depuis cet instant j'ai réalisé
Que j'existais, que j'étais en vie
Je fus délivrée de ce monde paralysé

Ses yeux bleus et or empli de sagesse
Ses mots étaient pareils à des caresses
Me plongeaient dans une douce ivresse
En son coeur aucune paresse

Ce qui me poussa à ouvrir le mien...

Mais ce messager couronné de soleil
Dû partir pour un autre pays des merveilles
Il devait nous quitter pour aider les siens
Mes larmes coulèrent, mais je garde l'espoir

Que si j'en reste digne je pourrai le revoir...


Et tant que j'y suis... :



Petite fille que fais tu?
Je me promène dans un jardin
Petite fille as tu peur des fleurs?
Des fleurs pastelles, qui sentent si bon? Biensur que non!
Petite fille tu devrais pourtant t'en méfier, certaines Pourraient t'étouffer.
Comme les roses ont des épines, j'ai mes defenses ne t'en fait pas!
Petite fille sais tu nager?
Evidement j'ai appris dans le ventre de maman!
Petite fille fais attention l'eau du lac est sombre et profonde.
Cela m'est égal, je n'ai pas envi de me mouiller de toute façon !
Petite fille aimes tu les baies?
Oh oui et je viens d'en trouver!
Petite fille n'y touches pas, elles pourraient être empoisonnées!
N'importe quoi ! Ce sont des myrtilles sauvages je les connais.
Petite fille ce bois est ténébreux tu ne devrais pas t'y avanturer.
Mais non voyons, je vois les rayons du soleil y pénétrer.
Petite fille sais tu qui est le loup?
Oui, ce n'est qu'un chien sauvage, sur qui on raconte des histoires bizarres...
Petite fille sais tu que ce bois est sa demeure?
Tu dois te tromper sa demeure est ailleurs.
Petite te fille aimes tu les hommes?
Je ne sais même pas ce que c'est... Que savent-ils faire?
Petite fille ils font rire et pleurer
Je le fais déjà toute seule ! Font-ils autre chose?
Petite fille ils te feront quitter la maison familiale, pour que tu ne sois qu'à eux.
Alors non je ne les aime pas! Je n'ai pas besoin d'eux!
Petite fille plus tard tu changeras d'avis...
Cela m'étonnerait fortement!
Petite fille aimes tu la mort?
Qu'est-ce que c'est encore?
Petite fille certains la cherchent d'autre la fuient, c'est elle qui enmène ailleurs tous ceux qui sont chère à ton coeur
Mais c'est un monstre ! J'espère ne jamais la rencontrer!
Petite fille as-tu connu l'Amour?
Non, est-ce un monstre lui aussi?
Petite fille il fait vivre certains et en fait mourir d'autres.
C'est un juge alors?
Petite fille plus tard tu comprendras, c'est plus complexe que ça.
Pff! Je crois que je préfère cueillir des fleurs et courir après les papillons, qu'écouter tes définitions de choses étranges.
Petite fille ce ne sont pas des choses étranges elles font parties de la vie quoi qu'on pense, dise, ou croit.
Elles ne font pas parties de ma vie à moi!
Petite fille le loup est là.
Tu mens je ne le vois pas!
Petite fille c'est moi.
_________________
Smile


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
PhY
MessagePosté le: Mer 24 Sep 2008 - 00:41  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 59
Localisation: Paris


Le vide
C'est le silence assourdissant quand tu te couches seul.
C'est cet amour qui résonne et pourtant il n'y a personne
Tu es seul
C'est la bouteille a la verticale pour la derniere goute
C'est cette impression de chute alors que t'es figé
C'est quand tu n'as aucun probleme mais des solutions
C'est quand tu sais que ta raison mais que tu doute
C'est quand tu es chasseur et que t'es piégé
C'est quand tu es seul dans ta boite et que tu t'occupe de la gestion

Etre vide c'est comme la solitude,
Le vide c'est quand tu n'es plus seul,
Tu es mort prend en l'habitude,
On te mettras une pomme dans la geule,

Le vide c'est quand la piece s'agrandit a vu d'oeuil,
C'est quand seul le passé vient se mettre sur ton seuil,
C'est un cris qui s'étoufe,
C'est le musicien qui n'a plus de souffle,

Le vide c'est quand tu as tout ce que tu ne veux pas,
C'est quand tu désir ce que tu as,
Le vide c'est ce que tu ne voies pas,
C'est quand le pire est déjà là,

Le vide c'est le trésor des pauvres,
C'est l'architecture des derniers de la classe,
La liaison entre l'analphabete et les livres,
C'est l'écriture qui s'efface.


Alex. Pour un petit papillon.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Poème effacé,

Paroles oubliées,

Peu importe tant que les sentiments sont toujours là ?

Peu m'importe tant que tu es toujours là ?



J'aimerais être dans deux mois,

J'aimerais ne pas t'avoir connu au présent,

J'aimerais que tu arretes d'etre dans ma tête,

Parce que je ne suis pas dans ton coeur,

J'aimerais arreter de dire toi et moi,

J'aimerais que tu finnisses de prendre le temps,

J'aimerais qu'on arrete de faire la tete,

Parce que tu es dans mon coeur.



Je ne te connais peut etre pas,

Je ne t'ai peut etre pas vue,

Mais quelque chose est né en moi,

Un besoin encors jamais vue.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Je t’aime




Un poème, mais pourquoi ?
Pour te souvenir de ces sentiments, qui un jour ont ouvert les yeux, qui un jour ont eu le courage de parler de toi à la 1ère personne du pluriel.
Pour te souvenir de ces moments qui ont créé l’espoir d’avoir un sourire à la place des lèvres, d’avoir un nuage à la place du cœur, de devenir frère siamois tellement on été proches.

Un je t’aime, mais pourquoi ?
Pour te rassurer que je pense à toi quand je suis seul, quand on me drague, quand je cherche un moment de bonheur, à me souvenir nos délires, nos blagues, nos danses dans mon salon.
Pour te rassurer que tu as ta chance, pour devenir la dernière, pour être la seule femme de mon monde, pour t’appeler Madame Marfaing, pour être la seule qui me gronde.

Un copain, mais pourquoi ?
Parce qu’un copain, c’est ce qui t’apportera le plus grand bonheur et le plus grand malheur, on arrive bien a allié l’amour et la mort, les morts de rire, les rires de méchanceté, les méchants amoureux, les amoureux jaloux, la jalousie protectrice, la protection étouffante, les mères poules gentilles, les gentils garçons.
Parce qu’un copain te donnera des ailles, mais moi je ne pourrais pas te faire sortir de ta cage, car la confiance je ne l’ai pas, car je connais que trop bien la trahison, la haine envers les femmes. Il me faudra du temps, des preuves d’amour, de respect, d’écoute, de fidélité et d’attention.

Alex,





l'amour n'a pas d'age il est éternel et mon amour pour toi n'est pas sage il est immortel.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


pourquoi est-ce terminé ?
ma raison s'en est aller
c'est comme
les saisons sans les étés


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



Poème


Je ne te connais peut être pas comme un livre ouvert
Je ne te connais peut être pas comme ton meilleur ami
Je ne connais peut être pas ton cœur
Je ne connais peut être pas ta vie

Je n’étais qu’une apparition un soir
Une danse, une parole, une chemise sortie
Mes yeux n’ont pu te voir
Mon cœur n’en avait pas envie

Tu ne me connais peut être pas depuis tout petit
Tu ne me connais peut être pas cette face caché
Tu ne connais peut être pas cette enfance gâché
Tu ne connais peut être pas ma vie

Tu n’étais qu’un lien d’une amitié
Un corps, des lunettes, des ressemblances
T’es yeux fuyant cette souffrance
Ton cœur conscient de la réalité

Et malgré tout ça
Malgré toi & moi
Malgré ma vie, ma voie
Je pense à toi

Je te vois, dans mes souvenirs
Je t’entends au bout du fil
Je te parle tranquille
Ta photo me donne le sourire

Je ne m’envole plus aussi vite
Je n’aime plus aussi vite
Je n’ouvre plus mon cœur autant
Je n’espère plus autant

Et justement pour tout ça
Je suis content
Car tu es là
Pendant ce moment

Ca aurait pu en être une autre
J’aurai pu être un autre
Mais voila, c’est moi, c’est toi
Alors…pourquoi pas ?

By Alexandre The Great !


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



Ma révolution



Tu m’as trouvé là, près de cette rivière de tristesse
Tu m’as pris le bras, j’ai cru voir une déesse
Je t’ai ouvert mon esprit, tu m’as ouvert les yeux
Je te donne ma vie, je ne pense qu’a deux

Depuis toujours je pensais que tu n’existais pas
Depuis toujours on m’a dis que les filles parfaite n’existait pas
Et je suis d’accord, car ce n’est pas « les » mais « une »
Et c’est toi ma femme parfaite, unique comme la Lune.

Ce soir là, sur le quai de nimes
Dans tes yeux j’ai vu l’avenir
Ce soir là et sans que tu le mimes
Quel merveilleux sourire

La vie est tellement facile avec toi
La vie est tellement belle sous ton toit
Ma vie est tellement triste sans toi
Ma vie est tellement prometteuse en toi

Je crois aux Destinés,
Aux signes qui ne trompent pas,
Et coïncidence ou pas,
Tu m’es destiné.

Tu es mon Alice au pays des merveilles,
Ma princesse et moi ton prince,
Et même si nos chances sont minces,
Je veux que l’amour nous paye.

Qu’elle nous paye à nous évader dans ses voiles,
Qu’elle nous rende ce qu’on a donné,
Qu’on soit acteur sur cette magnifique toile,
Qu’on soit ensemble immortalisé.



Alex, celui qui t’estime, t’adore, t’aide, t’aime.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////




Poème


envoles toi,
ma belle,
regardes le soleil,
libères toi.

Rêne de la forêt,
Déesse des papillons,
Ange et Démon,
Je t’attendais.

Amoureux de la glace sur Seine,
supporteur de l’amitié,
je n’ai pas de peine,
à t’aimer.

En toi la joie,
En toi je crois,
En toi Poca.

La mer est triste,
Te voir pleurer,
Elle s’en est allé,
Ce n’est plus elle l’artiste.

Seul dans ce monde,
Dans quelle dimension,
Devoir dire merci,
À n’importe qui,
Sinon la sanction,
Il t’analyse, te sonde.

T’es cheveux riche de leur passé,
Ta beauté éternelle digne visage grec,
à ton cœur plus grand que jamais,
À ton jeux de scène dépassé,
À ton amoureux, ton mec,
À ton avenir désormais.

Kabyle, descendante des guerrières,
Il y a un vide, peut être celui du père,
Penses tu être celle que tu voulais,
Forte, Femme, ne change jamais !




/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Bordeaux


Ce matin là, les yeux qui piquent et ce soleil,
Mais ho… il n’y a pas de soleil. Le ciel est gris,
Mes yeux se sont retirés. Sans un bruit,
Pour mieux voir ceci sans appareil,

Cette personne, Rébecca
Paraissant différente mais aussi déjà-vu,
Tu m’as réanimé, tu les as abattus,
Je t’ai trouvé, c’est toi,

Je commençais a ne plus y croire,
Je commençais a ne plus t’attendre,
Je commençais a connaître le désespoir,
Je commençais a me pendre,

Je pensais à toi, avant de te voir,
Je te connaissais déjà J
Je crois en toi, tu es à moi,
J’ai le cœur plein d’espoir,




/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Poeme



Je ne sais plus ce que je dois faire de toi,

Soit t'aimer,

Soit t'oublier,

Je ne sais plus ce que je dois faire avec toi.



Qui nous dit qu'une fois proche on sera bien ?

Comme par magie,

Ce n'est pas forcément le destin

notre vie...



Comment peut on faire completement confiance ?

Comment ne pas douter ?

Comment sourire et dire « ok » pour un retard ?

Comment voit on que l'autre nous aime ?



L'amour ne se touche pas, il se ressent

Mais si on a le nez bouché ?

Alors on fait comment ?



T'as tellement peur d'être seul dans ta vie

Que ca te rend vulnérable !

Ca t'amene a mentir

A accepter des choses que tu n'aurais pas accepter si tu n'étais pas aussi vulnerable



Tu n'est pas indépendante,

Car tu dépend de la présence des autres,

Si dans ton entourage il y avait Lenine et Hitler tu serais chez eux pour manger ce soir.



Ok on t'a abandonner quand tu étais enfant,

Ok tu ne veux plus que ca recommence,

Mais dans la vie on est toujours seule !

Ce n'est pas parce que tu es entouré de 15 personne qu'au fond de toi tu ne te sents pas seule !



Aprend à vivre avec toi même avant de vouloir vivre avec les autres,

Quand tu auras accepter ça tu pourras construire un château d'amour avec un chéri.

Si tu va trop vite il sera en sable

Et rien qu'une petite pluie sufira pour qu'il s'écroule

Sans que tu n'es vu venir les nuages.



Tu ne m'as toujours pas envoyé les choses que tu préferes...



Là je suis seule,

Personne ne me carresse le bras,

Personne ne pose sa tete sur mon epaule gauche,

Personne ne se voit dans mes yeux,



...


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



A Toi…


A toi, la tristesse
A toi, la trahison
A toi, ma déesse
A toi, ce poison

Je n’ai plus besoin de parler, je n’ai plus besoin de pleurer, je n’ai plus besoin de faire ces belles phrases.

Je suis triste sans toi, je suis seul sans toi, je ne suis pas bien sans toi ….

Ce matin là, cette douleur au ventre, ces larmes qui frappent aux carreaux, ce message plus horrible que tout, sans raison, sans réflexion, avec le plus grand égoïsme, tu m’a fait tomber de ce nuage, où j’avais décidé de construire ma maison à tes côtés…

J’ai vu sur ton site, la fleur, c’est trop horrible, je dois comprendre qu’il y a quelqu’un qui te plait…. C’est trop…. Bravo

Je …. Que dire… il n’y a plus de « je »…..


Si mon amour pour toi était un signe tu dois être aveugle, j’en est mare de souffrir, j’en ai mare de tout donner, j’en est mare …………………….


Revenir en haut
Llam87
MessagePosté le: Mer 24 Sep 2008 - 22:16  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 60
Localisation: Bordeaux

Superbes poèmes... Je n'ai pas réussi à en choisir un, car ils font un tout... Toi.
Comment y rester indifferent ?
Comment ne pas être émue?

"ses yeux restent secs, mais son coeur saigne"




........................................................................................................................................................................................


Mon coeur saigne...


Trahit par moi-même
Lui qui me permet d'aimer
Je l'ai poignardé
Son corps était si près du mien
Mais mon esprit était si loin
La lassitude m'enlaçait
Encore un de plus sur la liste
Un nom gravé dans la chaire
Laissant une légère cicatrice


Je m'enfui, je pars
Le laissant seul
Les échos de la solitude
Résonnent sur ses murs
Mes éclats de rire
Se sont tu...


Ai-je des regrets...?
Je n'en sais rien
Parfois je pense à son sourire
Alors mes lèvres en esquissent un


Puis un nouveau éfface ces souvenirs
Les joies éphèmères rennaissent
J'oubli ces anciennes caresses
Ces émotions violantes et douces
Ces frissons, ces contacts
Je les remplace


Les soupirs refont surface
Chassant mes joies soudaines
Le plaisir laisse place à l'ennui...


Le vent a encore tourné
Le froid m'envahit


Je continu mon chemin... seule...


Mon corps dit encore
Mon coeur frise l'overdose


Qui viendra me sauver de moi-même?
Qui saura me garder?


M'aimer sans m'étouffer...
Me guerir sans m'acquerir...
_________________
Smile


Dernière édition par Llam87 le Mar 30 Sep 2008 - 18:06; édité 1 fois
Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
Admin koupi
MessagePosté le: Sam 27 Sep 2008 - 15:25  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne
Administrateur


Inscrit le: 26 Aoû 2008
Messages: 74
Localisation: ici et maintenant

              En ce moment je fais ça:


la recette c'est:

         un oeuf,de la noix de coco,des algues japonaises,du formage de chèvre,de la sauce soja et un peu de farine complète.

J'ai trouvé ça très bon Smile


Revenir en haut
PhY
MessagePosté le: Sam 27 Sep 2008 - 15:36  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 59
Localisation: Paris

Llam87 j'ai la réponse a ta question :

TOI !


Revenir en haut
Llam87
MessagePosté le: Lun 29 Sep 2008 - 00:00  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 60
Localisation: Bordeaux

Miam !  miam! ça a l'air trop bon ! Smile
Ok mister PhY Wink
_________________
Smile


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
PhY
MessagePosté le: Lun 29 Sep 2008 - 00:12  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 59
Localisation: Paris

maintenant tu sais !

maintenant tu fais ?


Revenir en haut
Admin koupi
MessagePosté le: Lun 29 Sep 2008 - 02:08  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne
Administrateur


Inscrit le: 26 Aoû 2008
Messages: 74
Localisation: ici et maintenant

Quelques lignes écrites comme exutoire il y a déjà longtemps :

vivre dans le passé,voler une part d'éternité
etre un peu plus happé par cette obsession rongeante
des mots indicibles,un silence schématique.
d'ailleurs je voulais t'oublier.
et puis regarde toutes ces traces
finalement c'est moi qui donne et toi qui rejette
c'est toi qui m'efface et moi qui fuis
rien que de l'habituel je m'en vais je disparais
une perte inconsolable
qui se répète et s'enchaine,
le tour commence à être bien rodé
que t'étais tu imaginé?
et puis rebondit,saute et tressaute
de spasme en noyades
j'éprouve et je tombe
j'apprends à discerner dans le noir
tout à apprendre mais le contraire aussi
personne ne me voit?
j'assemble mes membres désolidarisés les uns des autres
tournoyant autour de moi ou se dissolvant dans l'air amer
que dégage un esprit trop encombré et bancal
fuis moi vite toi aussi
 que je courre après toi qui me fuis
et que je fuie ceux qui me courent après
cercle infernal et tortueux
mes nœuds je les garde pour moi rassure toi
____________________

tu tangues,arrime toi ,jette l'ancre
noyée heureuse,les yeux pleins d'eau,l'eau traverse ta tete et la matiere spongieuse observe du fond de la bulle
la cristallisation du monde
lumiere element premier,capte ton regard et déborde l'océan
assaillie de chimeres,les obsessions nagent en banc autour de ton etre flottant
une masse de lignes noires,deux traits et ton ame qui déborde de tes yeux

____________________________

parler dans le vent,des mots qui s'oublient
s'envolent le long du chemin
marcher doucement
songer aux attentes
aux lignes que chaque humain laisse derrière lui
à l'aboutissement de chaque pas
infinies
plus attachées à toi meme que ton ombre
observer le ciel
y trouver des ébauches de silence
un peu de toi en moi
un deuil joyeux
une mort prévue
dernière ironie
dernier pas apres la falaise
un vide plein
celui qu'on ne peut palper
celui qui inonde de sa présence
eau salie et altérée
bouche défectueuse
mots bloqués entre la voix et le coeur
pourquoi tu ne t'en vas pas?
résoudre les noeuds
dénouer avec patience
comme pour un enfant
merci
parle moi
dis moi
dis moi que

____________________

sentiments en suspension
bridés
cachés
défectueux
vent qui souffle sur la voile de ton image
me berce
la musique inaudible
celle que les autres n'entendent pas
venue le long du souffle
rapide,ténue
poltergeist
ne viens plus la nuit
tu ne peux plus entrer
ne m'arrache pas le cou
tu sais que ce que tu veux est mal
tu fais l'enfant
grandis
que cessent tes visions d'horreur
et tout ce noir
venu de l'ombre
chaleur étouffée
lente descente
langage inconnu
noir blanc
dans les limbes

images ensoleillées
tout ce que je n'ai pas vécu
mémoire collective
meme les autres
jouissance de la souffrance triomphante
traumatisme
hurle
puis se tait


________________


couper le fil
relié
ma mere
éloignée
fusion déréalisée
je cherche à m'échapper
sans repères
sans valises
recréer un univers
de bouts de bois sciés
et de verre
ne pas monter dans le train
juste mettre en marche le mien
rotir
le dodu
pingouin
marginalisé
qui ne croit pas à
la propagande
ratifiée
des fourmis
qui se prenaient pour des ogres


__________


statue aux bras ballants,qui inonde de son amour
mais laisse fuir
avant de s'enfuir à son tour,aller cacher ses larmes
manger le sel quotidien
affres

__________


Karibde et scylla  se transpercent l'ame et le corps de lames acérées une danse vicieuse et pernicieuse
prélude au festin infernal qu'entraine le cercle vicieux
regarde par la serrure,le long de ce grand couloir parcouru durant ce qui semblait une éternité
curiosité déplacée,voyeur de cette journée glauque
le long du grand escalier parcouru
le pas de porte morose
la rue humide,sombre
remonter le parcours jusqu'à son commencement
toucher par hasard la clé dans la poche
croise ce regard alangui d'inconnu dans la rue
labyrinthe mouvant en reformation perpétuelle
masse mouvante des etres glissants sur le parquet de bitume
royal deluxe derue
peaux échardées sur les façades
marquise de rue violentée
enfance déchirée dont le refoulement acharné décompose l'ame
se retrouvant alors fragmentée en minuscules cristaux lévitants
éther autour du chemin suivi
traces invisibles d'actes passés et dépassés
abusés laminés usés labourés déteriorés duement cachés
relire les moments d'incertitude et avancer dans la brume permanente que tu projette
autour de ton etre
cru défavorisé
accepte cette voie et cesse d'aboyer ta     rage de vivre au ciel sourd
de tes affects et émois
en vain chercher la compagnie d'autres
qui ne sont que ce reflet de toi décliné à l'infini
miroirs détestés narcissisme malsain
oublie,oublie toi ds ce qui te semble un monde âpre et vidé,juste une peau de croyances matérialisées,là seulement parceque tu y crois
cesse cette décomposition de ce qui t'entoure
ton énergie est la source de ce que tu as autour de toi et participe
à l'élan général qui tend à l'évolution,
cycle de dégradations pour toi
cycle de renaissance pour d'autres qui seront bientot en toi
laisse en un peu pour les autres
des étoiles tu en auras plein dans le Passage
pas besoin de protection,ne compter que sur soi puisque dans ton monde vidé les gens n'existent pas,ils font semblant
comme un grand théatre où la scene finale de ta vie rendra le chatoiement et les couleurs à ce monde croulant
tombé en ruine
brise la tour vide
tombent les murs
renaissent les gens morts,fantomes évoluant autour de toi
tu cours mais rien ne vient d'autre que ces etre amorphes ignorant ton existence
la lumière noire darde ses rayons gris sur la décrépitude montante de ce monde qui sombre
peuplade d'ombres transparentes
cesses de léviter,regardez je touche le sol
je marche je suis vivante
coincée entre deux mondes
pulsion de fantome mort
cherche à briser cette plateforme parallèle où tu as attéri
en une incarnation morte née

l'heure est venue de briser ce mécanisme infernal,réveille toi
la plage illuminée de ton esprit peut voguer en des eaux vivantes pour un voyage
inconnu
tue cette entité majeure aimantée à ton aura
deviens le pole positif
la force centrifuge
apres le trou noir
la double étoile
l'explosion
la transformation
l'évolution
détruit l'hotel hanté et ses chambres emplies d'atrocités
quitte cette fausse image de chez soi
ce n'est pas ma maison
ne me suis pas
je ne suis pas là
oublie moi
je n'existe pas pour toi
et n'existerai plus
dépendances ignobles
refuser les actes
que demandent ces démons magnanimes
ces entités coupables


________________


'ai envie de te dire
ouais
ton indifférence
tes masques
ton silence
c'est bien fais ce que tu veux,fuis les engagements et les sentiments
je suis au delà de ça
envolée bien loin
de tes considérations
basiques du je te suis tu me fuis
absente je serais
je disparaitrai
pour suivre ces schémas
de fuite de manque et
ce foutu romantisme à deux balle
auquel
involontairement j'aspire
cette daube d'envie de sentiments
qui de toute façon fuironts
générations
d'étrangers inconnus
dont les mots ne comblent que leur vide
je ne demandais qu'un peu de tendresse
un peu d'attention
mais je savais bien
que tu représentais
l'inaccessible et que jamais
heureuse je ne serais avec toi
ces pleurs nocturnes qui ne veulent pas sècher
ce vide matinal,
obscene
au vu des déchirements nocturnes
je connais déjà ta décision
à quoi bon ces larmes
inutiles,cette absence de compassion
de sa part
tu sais déjà où tu vas et avec quel type de malheur tu t'engage
des accords tristes dans la tete
la joie viendra
surement
d'assumer ces noeuds
ces diagonales qui parcourent ton inconscient
des routes qui s'enfoncent dans une noirceur opaque
tu va les prendre
choix catharctique
s'assument les écrits
qui coulent à flot
des fleuves fantomes,
invisibles
inconnus
intimes
ne me dites pas
ne
noeud
trace d'instant figé
emphasé
porte vacillante


___________________


ce soir je t'offre une de mes larmes
quelqu'un t'en a t il déjà offert une?
en connais tu le prix?
comment estime t on une émotion?
quelle est la valeur de la tristesse?
travail de toute une vie pour sortir des schémas
oubli de la perte,
vie volée
ça y est je déserte
mémoire occultée

toute seule avec le radiateur et les bruits du radiateur
à l'heure où les ombres et les présences remontent attirées
dans les recoins sombres de ton appartement
révélant tes pires peurs
tes erreurs
confrontée à l'horreur
elles ne me font plus peur

 enfermée dans la cage du mort
sur un tapis comme un chien
noir


labouré de coups
ton petit corps
pétri avec amour
enfermé sous terre

dernier élancement
tu as sauté
tes dents par terre éclatées
ta cervelle sur le pavement...

malsain
malsain
malsain

hors de moi
mauvais karma
fuis
 aujourd'hui c'est moi qui conduis



_____________


ralentir
le pas
lever
les yeux
fuir l'oubli
le long
du mur
avancer
tes joues rouges
dans mon ombre


petite future mamie
ne consomme plus
tes peines
matérialisme surinvesti
pulsions fallacieuses
portefeuille réactif
aux moindres émotions
cache donc le peu d'affection
que comble ce vide plein
économie de neurones
au carrefour entre
propagande et vol...

sillage cru
de ton corps nu
au contact du mur
fuyant sans armure
le contact avec la terre
nuances amères
course nocturne
à la suite de saturne
intemporelle
querelle


ours déraisonné
entends tu les acouphènes
que t'envoie,de loin
la tour vide
d'ombres et d'affects
mensonge
cru de tous
elle appelle
de son cri de lancinant
larsen
ininterrompu
et nous rend tous croulants
jusqu'aux tréfonds du domaine
pour nous anéantir
ou nous attirer
vers son cube
noir et mal éclairé
condensation
de ton cortex
assoupi.

volonté aérée
de clarifier
et chasser les sombres nuages
garantis collés au plafond
de ton crane
pluie battante de vérité
avant les explosions de corail
souffre la faille
plaies béantes au fond de
ma mère/mer



_______________



symphonie égouttée
bout à bout
un peut d'eau
s'écoule

syllogisme
symphonique
stéréophonie des harmonies
de dissonantes cordes
un chœur de pleurs
s'élève sur un rayon sonore


_________________


intégrer le monde
parcourir les routes
voyager le long des lignes
kfdgorqpqerkl ikik
elle savait faire
elle mangeait un morceau de poulet pourri
clémentine intestine de viande desséchée à demi carbonisée
éloge de l'humain moderne
energie vitale désabusée
mange mange ce qui te rendra muette
symptomatique de l'erreur
ci git mon néant
témoin de sa mort  la lune,erreur
faite ronde illustra ma terreur
de son ampleur démesurée et troublée
sa profonde perte m'affecta au point que j'invoquais le soleil,
absence injustifiée sur la voie lactée de ma vie
celui ci point avec seize tant/temps/ans de retards
débouchant finalement sur une sortie malhabile des ombres attristées
stupides dépendances de matiere
roc haineux de glace
tombe et frappe le bleu du ciel
immergeant désaxé


________________


j'aurais voulu pousser la situation plus loin encore
tomber dans l'absurde et le mauvais gout,le pathétisme et le ridicule à fond
tu me connais je suis dans l'excès
ma spontanéité et mes lubies
orgueil que la personnalité
m'empechent de voir clair quand je suis embarquée dans des passions
timide,un peu maladroite,je m'oublie et deviens vite cette femme bafouée,tous ces archétype de femmes,la sainte vierge,l'enfant et j'en passe
tout ce que tu ne sais pas voir
encore une histoire à dormir debout,un truc moisi à l'eau de rose pestilentielle qui est restée bien trop
longtemps au fond du vase,la rose déjà pourrie et décomposée,
comme toi,là,maintenant un vieux reve,écrit vain, pour dire qui ,quoi
un truc égocentrique sauf
qd la parole est donnée à d'autre par le biais de tes mots

_________________

sillon déclaré
visage caché
fais au moins semblant
de ne pas me voir
et d'oublier toutes ces histoires
qui s'en iront

se dissolvent
les élites
que se délitent


______________

c'est un chemin solitaire que le mien,
en suivre la route et croire que tout ira bien
je cherche mon allure
et ma démarche s'apparente à un signe de mauvaise augure

__________________

allez chérie oublie
allez bois à la coupe de l'oubli
démontre qu'il ne neige pas dans ta tete
démontre que le deuil est fini
apprends à vivre seule
apprends à le désapprendre


laisse moi m'oublier
laisse moi t'oublier
 parcours mon corps
 parcours son corps
élève toi
élève ton indépendance
apprécie à l'envie ces visions
laisse les te bercer
espace illuminé
espace illimité
envole-machine
pain désabusé
soleil nocturne
n'éclaire plus mes nuits
assomme moi de ton silence
pendant que mes mots en flot
te dérangent.

je ne vois plus ton visage
j'ai déjà oublié
pourtant l'eau continue de monter
incessament
j'inonde


c'est comme si un mode fantome de toi avait pris possession de moi et tournait dans une boucle hors du temps
un peu comme un négatif dans un apppareil bloqué.
s'énoncent les jours
défilent les pluies
de ton absence
s'impose du reste
l'immuable mouvement inerte des nuages
grondement électrique
j'applique
mon oeil
 mais je ne vois toujours rien
venir ou cerner

une chaleur absente
une fumée luisante
j'expire
tout cette noirceur
sans douceur
j'ai péri

des petites morts
auxquelles j'ai donné la vie
se nourrissent et
coulissent en moi

pas
pas de passage
pas d'image
pas d'évolution
juste le statique mouvementde ces pensées
tout s'écroule
elle se construit

ton château si loin
isolée dans la tour
sous terre
la mandarine te rattrape
je t'échappe
ça glisse entre les doigts
ne le sais tu pas?

démonte la je te prie
allez
allez
verse moi tout ça
tout là bas.



ces étranges obsessions
qui taraudent
à la limite de la folie
sans discernement
irrationel
dévoyé

diminue
l'altération
massive
de ma missive
qui t'es destiné
toi dont je n'ai pas connu le vrai nom
égocentrique aimé
bétonne
protege
fuis
désabuse
toi
de là
issues
issues
du grand danger
venu du fond
bien profond
de l'étoile
 souffle sur les cordes
de ma mémoire

rondeur armée
dérangeante
fuyez moi
je vous dévorerai crus
j'avalerai goulument ce monde
à moi
les bourbiers sanglants
ainsi que les affamés
et ceux qui possèdent jusqu'à l'air
(ogre) de mes faims
(ogre) de la colere
(ogre) épidermique
cours, fuis vite
la faim me taraude
et risque de se prolonger
jusqu'à ce que l'étoile ne meure
accablée.


onagre de mes heures
fleurs de lueurs
épine souriante
musique récurrente
de mes nuits
rallume les
je te prie

ampoule brisée
carreau manquant
vent hurlant
ouvre les portes de mon œil absent
aide moi à dépasser la matière
prière de toile
araignée échappée
je ne risque plus de t'écraser

*petit bébé
lancinant
lacère moi l'oreille
de tes ulcères
racornis
gris
comme ma plaque d'immatriculation
partie voyager
hors de moi

démembré ton corps
disséminé dans l'air
autour de moi
je t'aiderai à tout
récupérer
rassure toi.

vacille la petite maison
trébuchent les clôtures
mal arrimées
sur le vent
grondant


___________

ces doux balancements de l'ame,
élancements issus du coeur
tissus de douceur
doublés d'une lame
bien cachée
couperet toujours prêt à tomber
et faire se cristalliser
ces bouts mal assemblés



________________




une rallonge pour brancher
l'électricité dans mes idées
et charger
l'explosion prévue
du big bang inattendu!

un peu d'electricité
afin d'éclairer
ma cécité

un peu d'électricité
afin
de chasser les araignées
les années
les noeuds
et réveiller
tout ce monde assoupi
bien chaudement
évanoui

propage
l'onde illuminée
et engendre
les rouages
immobilisés
sillons creux et dangereux
pour qui s'y aventure
sans boutures!

rallume moi tout ça
met y du liant
du talent
du vent
et éveille moi tout ça!


____________


Revenir en haut
ironik
MessagePosté le: Lun 29 Sep 2008 - 02:31  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 37
Localisation: RP

Perso j'utilise plus ma main droite que la gauche.

Sinon Koupinette... J'adore tes poèmes.
J'ai l'impression d'entrer en syncope à chaque fois. Je suppose que ca tombe bien.
Pour les tofs tu sais ce que j'en pense.
Tu prends combien ?

Llam => J'adore tes 4 derniers dessins.
cf. Ci-dessus.

PhY : Je t'avouerai que j'ai pas tout lu. J'aime la concision, non non pas cir.
Alexandre... L'égo c'est le mal. Tue le, on t'en remerciera Wink


Revenir en haut
ironik
MessagePosté le: Lun 29 Sep 2008 - 02:52  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 37
Localisation: RP

Histoire d'ajouter ma pierre à l'édifice et de pouvoir être critiqué en retour (Il faut savoir apporter de l'eau au moulin si l'on veut qu'il tourne ^^)

Je suis une île dans le pacifique...
Imagine la mer bleue, l'écume...
Les vagues qui poussent une petite bouteille...
Perdue, isolée dans l'océan...
La brise se lève...
La bouteille flotte toujours plus loin,
Inlassablement poursuit son chemin...
Une tempête....un rivage accueillant...
Douce rencontre entre une île jetée
Et une bouteille à la mer, isolée...


Ah oui ... Comme vous pouvez le constater... Je suis adepte des points de suspension...


Revenir en haut
Llam87
MessagePosté le: Lun 29 Sep 2008 - 11:24  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 60
Localisation: Bordeaux

Hihi! chui trop contente que chacun s'y mette! c'est tellement beau ... normal c'est nous... Smile
Koupi tes poèmes sont superbes! mes préférés sont le 9 et le 16 ! Okay
Oui, mister PhY je le fais Mr. Green mais seulement après avoir trouvé le moyen de franchir le fossé entre savoir et faire.................................................................................................................................... Confused ubu Sad :think: Rolling Eyes
Bienvenu Ironik et merci de partager ton talent avec nous Smile ton poème est très doux j'y vois plein d'images toute une histoire...la vie...  nw::
Ps : moi aussi les points de suspension sont mes zamis... haha hihi Wink
_________________
Smile


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
PhY
MessagePosté le: Lun 29 Sep 2008 - 15:27  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 59
Localisation: Paris

C'est drôle je me disais exactement la même chose Ironik sur tes "..." Smile

Merci pour ta critique :p


Revenir en haut
Admin koupi
MessagePosté le: Lun 29 Sep 2008 - 20:10  Que faites vous de vos dix doigts? --> Répondre en citant

Hors ligne
Administrateur


Inscrit le: 26 Aoû 2008
Messages: 74
Localisation: ici et maintenant

      Merci à vous tous,ça fait du bien de partager ce que l'on a pu vivre Smile
Je repense à la morale d'un film,qui disait que vivre des choses seul c'est bien,mais si on ne peut pas les partager ça ne vaut pas le coup de les vivre.

Je pense que chaque chose que l'on crée pour soi et qui nous touche  peut servir à quelqu'un un jour,une création n'a de sens que si elle est partagée...

Llam87 je te remercie Smile ça fait toujours plaisir de mettre au jour des choses qui étaient cachées Very Happy


ironik malgré ce que tu penses je t'encourage à continuer à écrire ,j'apprécie tes écrits




Revenir en haut
Contenu Sponsorisé
MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:53  Que faites vous de vos dix doigts? -->






Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Sujet suivant
Sujet précédent
Page 1 sur 3
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Sous les étoiles Index du Forum -> ici et maintenant -> La tête dans les planètes

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
AdInfinitum v1.00 ~ mikelothar.com


Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com